Sélectionnez votre agence

Une nouvelle « autoroute » océanique sous-marine pour les Galápagos

Destination : Îles Galapagos

 

Dans le cadre du Sommet pour le climat 2021 à Glasgow, Écosse, quelque chose d’assez extraordinaire s’est produit pour l’un des plus grands trésors du monde naturel. 

 

Les pays avoisinant l’archipel des Galápagos, soit l’Équateur, la Colombie, le Costa Rica et le Panama, se sont réunis et ont convenu de créer une route migratoire sous-marine protégée dans l’océan pour permettre aux espèces marines menacées des îles Galápagos et de leurs environs, dont la biodiversité est exceptionnellement riche et unique, de se déplacer sécuritairement vers des territoires dont ils ont besoin pour assurer leur survie. 

 

Les Galápagos ont joué un rôle crucial dans la célèbre théorie de l’évolution des espèces de Charles Darwin. Ces îles font partie de l’Équateur, pays qui a marqué le lancement de l’ambitieux projet, non pas avec un premier coup de pelle, comme on voit dans les cérémonies pour les voies de transport pour les humaines, mais plutôt par l’agrandissement de la réserve marine.

 

Une image contenant extérieur, eau, roche, reptile

Description générée automatiquement

 

Il s’agissait déjà de l’une des plus grandes réserves au monde, avec une superficie de plus de 85 295 kilomètres carrés. L’ajout de 37 014 km2  totalise maintenant plus de 120 700 km2 de conservation, une zone trois fois plus grande que le Bélize et protégée contre la pêche industrielle et d’autres activités humaines néfastes pour la biodiversité.  

 

La nouvelle réserve porte le nom très approprié d’Hermandad Marine Reserve (ou Réserve marine de la fraternité, en français), et sert de route migratoire protégée pour des millions d’animaux marins.

 

« Il existe des endroits qui ont marqué l’histoire de l’humanité, et aujourd’hui, nous avons l’honneur d’être l’un de ces endroits », a déclaré le président de l’Équateur Guillermo Lasso lors de la signature de l’entente officielle. « Ces îles qui nous ont accueilli nous ont appris énormément de choses sur nous-mêmes. Alors, au lieu d’agir comme les maîtres absolus de ces terres et mers, ne devrions-nous pas plutôt agir en tant que leurs protecteurs ? » 

 

Les environnementalistes sont d’avis que la réserve et corridor biologique aidera à protéger au moins cinq des espèces marines les plus menacées de la région, dont le requin marteau, le requin-baleine, la tortue de mer et la raie, ainsi que d’autres espèces qui migrent entre les Galápagos et l’île Cocos, au large de la côte du Costa Rica dans le Pacifique, sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

 

Il s’agit seulement d’un premier pas dans la bonne direction, puisque l’objectif ultime du projet est de faire connecter la route migratoire sous-marine à ces deux sites protégés.

 

Ce corridor de déplacement sous-marin, nommé officiellement l’« Eastern Tropical Pacific Marine Corridor » (ou Corridor marin du Pacifique oriental tropical), qui  traverse les eaux équatoriennes, colombiennes, panaméennes et costaricaines, exclura toute activité humaine nuisible, telle que la pêche non durable et la pêche illégale, pour permettre aux créatures marines de bénéficier en toute sécurité des espaces et des distances dont elles ont besoin pour prospérer. De plus, à chacune de ses deux extrémités se trouvera un territoire insulaire déjà protégé.

 

Les humains seront tout de même autorisés à entrer dans la zone du corridor sous-marin, pourvu que leur visite soit considérée sécuritaire pour la faune océanique.

  

Une image contenant extérieur, ciel, eau, roche

Description générée automatiquement

 

L’intérêt ressenti pour le tourisme aux îles Galápagos est plus fort que jamais, alors que l’appétit refoulé d’après-pandémie pour le voyage incite les gens à planifier et réserver ces périples dont ils ont toujours rêvé. Cette merveille naturelle du monde, reconnue pour ses paysages terrestres et marins immaculés et les rencontres qu’elles permettent avec des créatures que l’on ne trouve nulle part ailleurs, telles que la tortue géante, l’iguane marin et le fou à pieds bleus des Galápagos, figure souvent en première place sur les listes de voyages uniques, expérientiels à vivre au moins une fois dans sa vie.  

 

Le tourisme responsable organisé par le biais de voyagistes de confiance et locaux aidera à maintenir une prise de conscience critique et des incitatifs financiers pour la protection continue de l’un des projets de conservation marine des plus audacieux et prometteurs de notre époque. 

 

Commencez à planifier votre voyage d’une vie ! Communiquez avec l’un de nos conseillers en voyages dès aujourd’hui.

 

Hâte de partir?
Recevez nos meilleures offres par courriel!

check